samedi 26 janvier 2019



"Ce qu'il y a de plus intolérable dans l'existence, c'est la disparition des êtres que nous aimons, que nous avons aimés. Un jour, sans nous demander la permission, ils s'en vont et il ne reste rien... Rien, sinon la musique, ce bain, où je me sens vivant..." 

C'est à peu près avec ces mots-là que Michel Legrand avait crevé en moi la poche d'émotion, l'été dernier. La voix n'était plus ce qu'elle avait été, bien sûr : un souffle aigu et faible se frayait un chemin jusqu'à nous, mais les doigts étaient juvéniles et la musique incarnée en lui. "Cosmique" est le mot qui me vient à l'esprit lorsque je pense à Michel Legrand. Je ferme les yeux et je me sens soudain faire corps avec le monde, être un de ses composants et participer à son sens caché. Il a contribué pendant des décennies à enrichir ma joie vitale, à enchanter mon existence, puis celle de ma fille. Cette dernière savait que ce concert auquel elle assistait serait probablement sa dernière chance de le voir sur scène et je sentais son émotion devant la fragilité du grand homme qui jouait sa vie devant nous.


Comme nous le dit la chanson : "Comme elle est longue à mourir, cette rose... la plus belle du jardin des folies... Une rose, la dernière du jardin que l'on oublie... Comme ils sont lourds à porter dans l'automne, dans l'automne de la vie, ces rêves qui vont sombrer sans personne, sans personne, pour les soigner... Il faut se résigner... Mais je regarde fleurir une rose, une rose du printemps et je retrouve soudain quelque chose sous ma main, oui je sens le cœur d’airain d'un jeune homme, d'un jeune homme qui ne veut pas mourir..."

Au revoir, Michel ! Nous nous reverrons. Ailleurs.



samedi 7 juillet 2018



Un descendant de Luath m'attendait dans les Jardins de Kensington... 


Comme chaque année, nous rendons visite à Peter Pan.






National Portrait Gallery :



Nous aurions pu rester des heures et des heures dans ce musée, tant nous avions l'impression de rendre visite à des amis, à des personnages qui nous sont si familiers...




Nos amies, les Brontë...







Charles Dickens, jeune homme :


Royal Academy of Music, où Adélaïde assista à une masterclass de la célèbre harpiste Isabelle Moretti... Un jour, qui sait... ?


Le Barbican, Center où se produisait Gustavo Dudamel, l'un des héros de ma fille (avec Bryn Terfel). La chance lui a, une fois de plus, souri, car l'épouse de Gustavo, la gracieuse Maria Valverde, était assise près de nous et a reconnu notre fille. Elle lui a proposé très naturellement de venir voir Gustavo dans sa loge à la fin du concert. Adélaïde était aux anges, lorsque le génial chef lui a déclaré qu'elle avait beaucoup grandi en un an. J'ai toute une série de clichés adorables de ma fille avec ce couple merveilleux, mais les divulguer serait trahir ce moment magique. Adélaïde ne vit que pour la musique et ces rencontres lui donnent l'élan pour travailler... 


Ce que j'aime en Angleterre, c'est la folie, les couleurs... Les Anglais ont bien plus d'audace que nous ! Je n'ai pas résisté à prendre en photo le papier peint de notre hôtel : 


J'ai dévalisé une dizaine de librairies...


... et de charity shops !









Royal Tunbridge Wellsville et ses célèbres « pantiles »...



The Isle of Sheppey : 



 (Julia Margaret Cameron, sous le pinceau de George Frederic Watts)

Associations d'idées étranges.










 Petit travail de ma fille, que son idiote de maîtresse lui a volé :


J'ai aimé passionnément cette exposition à Londres.



Un autre anniversaire... Je me sens presque une adulte.


Comme chaque année, nous retrouvons en France et en Angleterre notre cher ami
Robert Greenham.


Hook, l'un de nos Maine Coons, adore Robert.


À suivre...

mercredi 30 mai 2018

Je vous annonce la diffusion d'une soirée consacrée à James Matthew Barrie, le 10 juin, de 21 h à 23 h sur France Culture. Votre servante y a participé. J'ai traduit l'adaptation théatrâle de Peter Pan d'Andrew Birkin, puis, en seconde partie, j'ai choisi de vous présenter des textes extraits du Chapeau de Greenwood. L'émission demeurera en lecture sur le site pendant un an. J'espère que cela vous plaira. C'est un prélude à d'autres surprises...

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Rechercher sur mon JIACO

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague Prague

Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

Liens personnels

"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives