samedi 14 avril 2018
L'amour de la langue anglaise m'est venu avant même que je n'écrive avec une certaine précision (et imperfection) ma langue maternelle. Je devais avoir sept ans et j'avais trouvé, dissimulé dans une vieille armoire (je n'avais pas encore lu Clive Staple Lewis à cette époque !) à laquelle il manquait un pied, deux manuels d'anglais qui avait appartenu à ma mère et qu'elle avait laissés chez mes grands-parents, abandonnant là le peu de savoir qu'elle avait acquis et l'enfant dont elle ne voulait pas. Je me rappelle parfaitement toutes mes infructueuses tentatives pour déchiffrer et donner un sens à ces mots et bribes de phrases que je ne comprenais pas. Je me souviens également de la frustration ressentie devant cette porte close. J'envie ma petite fille qui, à quatre ans, recevait ses premiers rudiments d'anglais. Mon monde était tellement plus riquiqui que le sien... Il me fallut attendre quelques années avant de comprendre le contenu de ces deux manuels. J'eus alors le sentiment d'entrer dans la vraie vie, la vie secrète des mots... et l'anglais commença à doubler de velours et de dentelles ma langue maternelle...

En Angleterre, je reviens encore et toujours.

Fragments anciens, en images. 

J'aime Instagram qui permet de prendre des photos carrées que je fais imprimer et qui sont comme des tuiles dont je recouvre certains murs dans la partie non habitée de ma vieille maison.


Canterbury et sa magnifique cathédrale :











A. essaie de communiquer avec un anglais plus que limité avec des autochtones...








A. a un sens du sacré, de la mort... Elle ne l'a pas perdu en fêtant ses 7 ans.











Sa fascination pour les robes de mariée est également intacte...













Chilham






Leeds Castle








À Leeds Castle, dans les jardins...















Chez notre hôte, Robert Greenham.




Nous avons également visité Satis House (Restoration House) à Rochester, l'année précédente... et suivi l'ombre de Dickens dans la petite ville. Robert, notre ami anglais, fut, comme bien souvent, notre cicérone.























Cathédrale de Rochester :






Rochester Castle : 



Restoration House (Satis House) :



Les Jardins de la maison : 













À suivre...

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Rechercher sur mon JIACO

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague Prague

Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

Liens personnels

"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives