mardi 4 octobre 2005
Brion, à l'instar de Claude-Jean Philippe, représente le cinéphile-amoureux, exactement le type d'être qui suscite l'émulation chez autrui. Rien à voir avec ces critiques pompeux et hyper cérébraux qui "branlent l'accessoire" pour reprendre une formule de L.-F. Céline. Claude-Jean Philippe vient de sortir un livre sur Renoir et il anime, chaque dimanche, à l'heure de la messe, son ciné-club, au cinéma Arlequin, rue de Rennes, à Paris ! Un rendez-vous chaleureux.
Le 7 octobre, Patrick Brion publie un nouvel opus ! Je suis ravie !!! Ses livres me donnent le goût du cinéma. Les éditions de la Martinière nous offrent de très beaux livres et je suppose que celui-ci ne dérogera pas à la règle. Combien d'heures de bonheur ai-je vécues en feuilletant ses livres ? J'aime m'abîmer dans les photographies soigneusement choisies. Mon préféré est peut-être celui qu'il a consacré à la comédie musicale, car c'est un genre qui me fait tourner la tête de plaisir.

Je rapprocherais volontiers ce dernier film du Chant du Missouri (Meet Me in Saint-Louis) de Vincente Minnelli. A cause de la fraîcheur des personnages et du dynamisme du film en lui-même.
Meet me in St. Louis, Louis.
Meet me at the fair.
Don't tell me the lights are shining
Any place but there.
We will dance the hoochie coochie.
I will be your tootsie wootsie
If you will meet me in St. Louis, Louis.
Meet me at the fair.
- Kerry Mills and Andrew B. Sterling (1904) -

Toutefois, la jeune ingénue (mais délurée malgré tout) incarnée par Peggy Cummins est peut-être plus pimpante que Judy Garland, bien que j'aie une réelle passion pour celle-ci.
La plus belle scène de ce film, qui est techniquement supérieur au précédent, bien sûr, est celle qui est illustrée par la fameuse chanson The Trolley Song, lorsque les les deux amoureux éteignent les lampes une à une.
On ressent pleinement la force de cet amour naissant à cet instant. La scène est à la fois émouvante et sensuelle, mais involontairement sensuelle...
Cf. ce site extra et la page idoine : ici.





S'il y a bien un cinéaste qui me met en joie, c'est Mankiewicz. Difficile d'exprimer ce que son élégance incontestable me fait comme effet. Dimanche, au cinéma l'Arlequin, dans le VIe, à Paris, j'ai pu découvrir un inédit (en France),Un Mariage à Boston (The Late George Apley). Les dialogues sont plein de vivacité, les personnages bien campés, tellement énergiques que l'on a l'impression qu'ils vont crever la toile pour nous entraîner dans leur vertige.




Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Rechercher sur mon JIACO

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague Prague

Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

Liens personnels

"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives