vendredi 8 septembre 2006
« La lumière nous découvre la beauté, mais elle nous fait aussi voir la laideur. Si vous jetez du vitriol au visage d’une jolie femme, sa beauté périra, et il n’existe pas de force au monde qui puisse nous obliger à admirer son visage abîmé : je ne sais si l’amour le plus profond et le plus sincère est capable de résister à une telle métamorphose. Les idéalistes, il est vrai assurent qu’il y résistera ; les idéalistes en général se hâtent toujours d’assurer car ils craignent, et avec raison que, s’ils bronchent ne fût-ce qu’un instant, et qu’ainsi entre la question qu’on leur pose et leur réponse il s’écoule un intervalle de temps qui nous permette de voir, certaines choses apparaîtront peut-être qui ne doivent pas être éclaircies. C’est pour cela qu’ils tiennent tant à la logique. La logique nous transporte en un clin d’œil jusqu’aux conclusions et aux prédictions les plus lointaines ; nulle réalité ne pourra la rattraper. L’amour est éternel ; par conséquent une femme défigurée nous sera aussi chère que s’il ne lui était rien arrivé. C’est certainement faux, mais grâce à de tels mensonges on peut conserver ses anciens goûts et ne pas voir le danger qui les menace. Les paroles et les théories cependant n’ont jamais pu écarter de nous un danger réel. (…) » 
(Leon Chestov, Sur les confins de la vie)
Découvert lorsque j'avais 18 ans, ce philosophe russe (pas assez connu) m'enchante toujours. Ecriture limpide, pensée vivante, honnêteté intellectuelle absolue. Sa foi pourrait être la mienne.
Si son propos sur la logique est proche de ma modeste pensée, je ne suis en revanche pas d'accord avec l'idée que l'amour absolu ou éternel est la construction des idéalistes. Je crois que, dans la pratique, le sentiment tient davantage à une chance, provoquée ou non, et à une forme d'innocence intellectuelle sur ce point précis.

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.