mardi 13 juin 2006
Le 1er décembre dernier, j'écrivais ceci, ici même (sans extraits vidéos ni musicaux) :
"Quant à L'affaire Thomas Crown, il faut préciser que c’était le film préféré de Steve McQueen pami tous ceux qu'il a tournés. Michel Legrand contribua beaucoup au film, et pas seulement d’un point de vue musical. En effet, le réalisateur (Norman Jewison) avait, comme l'explique le musicien, beaucoup de difficulté à monter son film et il avait décidé de le faire en fonction de la musique de Legrand.
Legrand.
Ce dernier lui avait suggéré cette brillante idée. C'est ainsi qu'une partie d'échecs dura plus de sept minutes dans le film !
Thomas Crown Vidéo envoyée par misshollygolightly
Le plus long baiser du monde serait dû à la musique de Legrand. Je pensais que c'était le baiser d'Ingrid Bergman et de Cary Grant dans Notorious qui détenait ce record torride !
Je vais chronométrer pour vérifier, mais je crains que Michel Legrand n’ait raison !"
Le générique est une pure merveille. Jewinson use de la technique du split-screen (l'écran fendu): il découpe des images en carré ou en rectangle et les juxtapose. Cette technique fut très en vogue dans les années 50 et 60. Récemment, Tarantino l'a reprise dans une scène de Kill Bill volume 1.
Vidéo envoyée par misshollygolightly
Ce premier contact avec le film anticipe la partie d'échecs et surtout son damier. Les images multiples entraînent un effet de simultanéité, de dédoublement de l'action et de la personnalité, une fragmentation de l'espace et du temps. Les regards s'opposent. Attraction, répulsion, jeu de dupes, affinités électives... les cases sont aussi le symbole de l'enfermement du personnage principal, qui s'ennuie dans son existence, et aspire peut-être à de grandes aventures, à une mise en danger, en vue de reconquérir un sens à sa vie. On ne pénètrera jamais dans son existence : tout nous est scellé, hormis le fait qu'il a été marié et qu'il a des enfants.
Encore une fois, Steve McQueen donne vie à un personnage solitaire qui met en jeu sa vie (Cf. Cincinnati Kid du même réalisateur, se référer aux billets antérieurs.) 
La chanson originale vous rappellera la version française de cette même chanson,
Les moulins de mon coeur :
Michel Legrand est très sous-estimé en France. Pourtant, qui peut se vanter de posséder un style aussi plein d'allant ? Trois mesures, et l'on reconnaît l'homme.
Après avoir revu ce film, hier soir, je crois que je suis davantage en mesure de l'apprécier.
NE PAS LIRE CE QUI SUIT SI VOUS N'AVEZ PAS VU LE FILM !
La fin est sans conteste extrêmement satisfaisante pour le spectateur : le héros s'envole quelque part, libre, puisque l'air est son élément et la séductrice aux bas blancs demeure au sol, attachée à sa mission, à ses principes peut-être, mais perdante. Pourquoi pleure-t-elle ? On pourrait penser qu'il s'agit de rage, mais l'on comprend qu'elle est déçue que sa proie ou son compagnon de jeu ne l'ait pas aimée au point de réellement prendre le rique d'être trahi.
La partie d'échecs extrêmement érotique (il suffit de regarder les gestes de la femme, les caresses qu'elle adresse aux pièces) n'était que la métaphore de ces autres jeux que sont l'enquête et l'histoire d'amour. Thomas Crown n'existe que par le jeu qui construit une quatrième dimension dans laquelle il s'ébat ; il vit dans les multiples reflets que son activité ludique projette autour de lui - d'où la scène du miroir lorsqu'il trinque à sa propre santé après son coup de maître. Son rire ne renvoie aucun écho pourtant ; il est seul. Son jeu, lui-même, s'exerce à distance, comme s'il manoeuvrait des pions télépathiquement. 
Thomas Crown a du panache, bien que Steve McQueen apparaisse moins fringant que dans d'autres films. Je suis moins convaincue par le rôle de mangouste de Faye, avec ses faux cils et ses collants blancs, outrageusement fardée.
Le télégramme apporté par un coursier, dans sa propre Rolls, à Faye D., dit ces mots : 
"Left early. Please come with the money... or, you keep the car. All my love, Tommy."
"Parti tôt. Amène l'argent avec toi, s'il te plaît... ou garde la voiture. Avec tout mon amour, Tommy."

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.