mardi 6 juin 2006

L'Oiseau bleu de Maeterlinck (adapté en dessin animé !) est apparenté au Petit oiseau blanc de Barrie. En tout cas, c'est de cette façon que l'entendait Maeterlinck et qu'il présenta la chose à Barrie, lorsqu'il écrivit sur un des lambris de sa bibliothèque : « Hommage au père de Peter Pan, grand-père de l’Oiseau Bleu » Il me paraît indispensable d'écrire quelque chose à ce sujet prochainement... En attendant, j'ai reçu ce bel album : L'oeuvre et la naissance de Peter Pan (mais pas seulement, loin de là !) à travers un album qui recueille des documents iconographiques en rapport. Il est édité, en partie, par la Beinecke Library - qui possède une colection barrienne très importante de livres, de manuscrits, de documents rares. La plus grande part de la collection de Cynthia Asquith a été acquise par leurs soins. Cet album ou catalogue contient des reproductions de documents épatants, tels les carnets de Barrie, par exemple, ou des photographies peu vues. Indispensable ! Petits extraits en photos : Télégramme du Roi et de la Reine à Peter Davies à l'occasion de la mort de Barrie, où est exprimé leur profond regret.
Exemplaire d'un des fameux journaux plus ou moins intimes de Barrie.
Carnets de notes pour une pièce féerique, qui deviendra... Peter Pan !
Suite de la série de billets commencée ici. [Bientôt, je reprends la correspondance Barrie / Stevenson...]
L’aventure des deux collaborateurs
James Matthew Barrie

[écrite sur la page de garde d’une Fenêtre à Thrums, parodie publiée pour la première fois dans l’Autobiographie de Conan Doyle]
En mettant fin aux aventures de mon ami Sherlock Holmes, je suis contraint de me souvenir qu’il n’avait jamais abandonné sa singulière activité de plein gré, excepté en cette occasion, dont vous entendrez bientôt tous les détails, car il a toujours refusé d’apporter son assistance à des gens dont la plume est le gagne-pain. « Je ne suis pas exigeant quant au choix des gens avec lesquels j’entretiens des relations d’affaires, mais les littérateurs dépassent les bornes de ma compréhension.»

Suite : ici.

Meurtre par décret un film de Bob Clark (1979)
Peut-être l’un des films holmésiens que je préfère, avant même celui de Billy Wilder, certes plus versé dans l’ironie. Sherlock Holmes se devait d’affronter Jack l’Eventreur. Ne sont-ils pas les deux génies antagonistes de l’ère victorienne ? Il a livré plusieurs fois ce combat, livresquement et cinématographiquement. J’aime au-delà du raisonnable cette réalisation-ci. L’œil pimpant et séducteur de Plummer n’y est pas pour rien… Certes, Basil Rathborne ou Jeremy Brett sont de grandes pointures mais leur mâchoire serrée crispe, de temps à autre, mon nerf optique. Le tandem Christopher Plummer / James Mason est du plus bel effet. Sherlock Holmes est enfin un homme séduisant, du moins si l’on se fie à mes goûts personnels… James Mason est noble et sage dans son rôle de compagnon du Prince des Détectives alors que, trop souvent, il n’est qu’un sous-fifre lourdingue. Ce film est raffiné jusque dans les plus petits détails. L'humour est pince-sans-rire. Sa nationalité ne fait pas de doute. Le fog est épais comme une barbe à papa décolorée. Il y a du sang et du désespoir. Je recueillerai les larmes de Holmes, dans un tremblement mélodramatique, si ému par le triste amour et sort d’Annie Crook. L’histoire reprend la théorie du complot royal (Cf. par exemple le superbe roman graphique d’Alan Moore, From Hell qui explore une voie similaire) et la fin, qui se referme sur le silence méprisant de Holmes, est dramatiquement calculée au plus noble. Il me semble avoir déjà évoqué ce livre-ci, qui est divin, troublant, inquiétant, sophistiqué : Jack l’Eventreur par Robert Desnos aux Editions ALLIA.

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Rechercher sur mon JIACO

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague Prague

Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

Liens personnels

"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives