mardi 27 mars 2007
                   


"A la seconde où j’entre dans le fumoir du club, vous devez imaginer David en train de disparaître dans le néant. Il est n’importe quel jour de la semaine, six ans auparavant, à deux heures de l’après-midi. Je sonne pour le café, les cigarettes et le brandy, je prends ma chaise près de la fenêtre, juste au moment où cette stupide petite gouvernante vient se promener dans la rue.
J’ai toujours l’impression de l’avoir sonnée."
Le Petit Oiseau blanc

N'est-il pas facile d'imaginer Barrie à l'une de ces fenêtres ?

TO BE CONTINUED...





Après le 15 Old Cavendish Street, où il logea en 1890 et le 14 Gloucester Walk, où il vécut un moment en compagnie de sa soeur, Maggie, c'est la première maison d'importance de Sir James Matthew Barrie.




Il y s'y installa de 1895 à 1902.
Porthos, le fameux saint-bernard, y vécut également. Les fenêtres de la façade avant, au rez-de-chaussée, donnent sur sa salle d'écriture, nous informe son biographe Denis Mackail.
Ce fut la maison du bonheur et de tous les espoirs.

Je m'y installerais avec plaisir. C'est un rêve à portée de main (bien que j'ignore le prix du loyer). Si j'avais eu plus de temps, j'aurais demandé à la visiter... Petit regret.
Mon accent est désastreux et je recopie ce que m'écrit mon ami Robert à ce sujet, car ses explications sont excessivement claires pour ceux qui s'intéressent à la phonétique (Robert, tu es mon bon génie) :
I have just been looking at your latest videos uploaded on to DailyMotion this morning! Very nice! May I correct you on your pronunciation of 'Gloucester', please? I can imagine that this is a difficult pronunciation
to understand, but then Britain is full of strange names! We pronounce it just the same as we would pronounce 'glosster', if such a word existed. We have the name 'Gloster' which is pronounced the same. The vowel 'o' should be pronounced the same way the English pronounce the 'o' in 'Robert' and 'John'. The 'cester' part of 'Gloucester' is pronounced as one syllable, as if it were spelt 'ster', like the second part of the word 'mister'.We have the same sort of thing with the cities 'Leicester' and 'Worcester'. These are pronounced like 'Lesster' and 'woosster' ('oo' pronounced as in 'book' or 'wood', not as in 'mood' or 'food' - assuming you know the difference!).But if there is an 'h' after the 'c' in similar looking names - such as in 'Winchester' and 'Rochester', then the 'chester' part is pronounced as two syllables, exactly
the same as the city 'Chester'.
Ce n'est pas sans raison si je projette d'assister à des cours d'été à Oxford. J'aimerais beaucoup suivre des cours de philosophie ou de littérature appliquée. Bientôt.
TO BE CONTINUED...

************
Catégorie :




  • Ce sont les mots de Dickens à sa belle-soeur, Mary Hogarth, en 1835, lorsqu'il évoque son travail dans une manufacture de cirage, alors qu'il n'était encore qu'un enfant (12 ans - nous retrouvons toujours cet âge fatidique dans la littérature...) et que son père était emprisonné pour dettes. Quelle belle revanche sur la vie que le parcours littéraire de ce monstre victorien !


    (Remarquez ceci : je porte des gants couleur guimauve sur ces extraits. Pourquoi sont-ils devenus noirs le lendemain, dans les Jardins de Kensington ? Cette métamorphose participe de ma "terrible aventure"...)

    ****
    J'aime beaucoup Londres, parce que chaque nom


    m'évoque les romans où j'ai coutume de me lover - dans la position du foetus ou du grabataire (qui est la même et non sans raison). Je m'y sens en famille, comme si chaque quartier ou le moindre personnage historique constituait à lui seul une branche de mon arbre généalogique. Je remercie mes parents de m'avoir abandonnée à la naissance ; je le dis sans cynisme ni arrière-pensée, encore moins avec la voix embuée, mais du ton conquérant, railleur et très orgueilleux de Peter Pan ; grâce à eux, j'ai eu le pouvoir de choisir qui je suis, réellement. Être un enfant autochtone, comme j'aime m'appeler, n'est pas à la portée de tout le monde. J'aime ma différence.

    Aujourd'hui, je l'aime.

    Je me demande, tongue-in-cheek, pourquoi les parents ne rendent pas plus souvent ce service à leurs enfants.

    J'ai commencé à ranger ici, dans l'herbier, mes souvenirs dans le plus grand des désordres. En effet, sitôt les valises déposées à Londres - hélas, pas les deux poches ou les deux cloques sous mes yeux, mais elles ont leur utilité : recueillir une provision de larmes afin de nourrir mes histoires, car elles sont le lait maternel de mes personnages ; je suis un pélican à ma façon, qui est parfois celle de Strindberg -, nous nous sommes dirigés en direction de l'époque victorienne.


    [La Reine Victoria qui trône encore, mais dans les Jardins de Kensington.]

    Avant Barrie, il y eut Dickens et le premier n'oublia pas le second, pas plus que votre modeste cicérone ne manqua de rendre hommage au Dieu du Roman. Je lui dois tant d'heures de bonheur, peut-être mes moments de lecture les plus intenses, que ce saut dans le temps est la moindre des choses.

    Petit détour dans Londres, afin de rendre visite à Charles, dont l'existence est plutôt mystérieuse. Je vous recommande cette biographie, joliment illustrée, que j'ai achetée et lue sur place :


    Bien que succincte et très subjective, elle constitue un agréable et précis point de départ pour faire connaissance avec le grand romancier. Peter Ackroyd est un auteur qui a mes faveurs. Sa superbe biographie de Londres n'est pas étrangère à mon admiration. J'ai acquis aussi, lors de cette légère et diluée pause anglaise, une biographie de Shakespeare dont j'espère le meilleur.

    Assez de palabres ! Je vous emmène au Dickens Museum par la pensée. Suivez-moi ! Cette maison est celle où il a achevé Pickwick et Oliver Twist.

    * Sur le seuil de sa maison :


    Dickens-exterieur par misshollygolightly

    * Entrée :



    Dickens-entree par misshollygolightly



    * Son bureau :



    Dickens-singe par misshollygolightly

    * Dédicace de Dickens à Andersen (leur amitié fit long feu) :


    Dickens-andersen par misshollygolightly



    * The drawing-room (la salle de réception et non pas la salle d'étude ; j'ai fait un lapsus dans la vidéo, a slip of the tongue, même s'il écrivait aussi dans cette pièce...) :




    Dickens-drawing par misshollygolightly



    * Les divers visages de Dickens à travers le temps :


    Dickens-visage par misshollygolightly



    * Promenade dans la maison :


    Dickens-promenade par misshollygolightly





    * Feuilletons 
    (comme chacun sait, Dickens publiait ses romans en feuilletons, dont voici des exemplaires) :


    Dickens-feuilletons par misshollygolightly


    La chambre de Mary Hogarth (soeur de sa femme) :


    Dickens-chambre par misshollygolightly 


    Mary Hogarth était adorée par Dickens et sa mort brutale lui causa une peine durable. Il conserva ses vêtements dans un placard pendant des années et les regardait de temps à autre. Il ôta d'un de ses doigts une bague et la porta jusqu'à sa propre mort... Dora, la petite Nell et Florence Dombey portent l'empreinte de Mary.

    * La lingerie :


    Lingerie par misshollygolightly



    * Détails :


    Florence et Paul Dombey, deux personnages dickensiens adorés : vitrail. Il y a quelques vitraux délicieux dans cette petite maison.


    L'autre femme, une actrice aimée de Dickens, Ellen Ternan. Il quittera sa femme pour elle, mais surtout parce qu'il était malheureux avec cette épouse usée et dépressive.


    Catherine Dickens, jeune.



    La même... plus tard. Le temps n'a aucune indulgence envers les femmes.


    Un tableau de Robert W. Buss, offert à la maison Dickens par le petit-fils de l'artiste et qui me plaît infiniment. Il représente Dickens et ses personnages. Il est inachevé mais je crois que l'aime encore plus ainsi. On a le sentiment que l'ombre de l'imaginaire recouvre la réalité.

    TO BE CONTINUED...
    Le meilleur est à venir.

    Nous allons maintenant suivre les traces de Barrie...

    *************
    Catégorie :
    Littérature

    Les roses du Pays d'Hiver

    Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

    Qui suis-je ?

    Ma photo
    Holly Golightly
    Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
    Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
    Afficher mon profil complet

    Almanach barrien

    Rendez-vous sur cette page.

    En librairie

    En librairie
    Où Peter Pan rencontre son double féminin...

    Réédition !! (nov. 2013)

    Réédition !! (nov. 2013)
    Inédit en français

    Actes Sud : 10 octobre 2012

    Une histoire inédite de J. M. Barrie

    En librairie le 2 juin 2010

    Actes Sud, juin 2010.

    En librairie...

    Terre de Brume, septembre 2010.

    Tumblr

    Tumblr
    Vide-Grenier

    Cioran tous les jours

    Cioran tous les jours
    À haute voix, sur Tumblr

    Une de mes nouvelles dans ce recueil

    Oeuvre de Céline Lavail

    Voyages

    Related Posts with Thumbnails



    Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

    Copenhague

    Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

    Liens personnels



    Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

    Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



    Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


    Forum Barrie (en français)



    Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



    Ma page sur Lewis Carroll (français)
    "Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

    J'apprends le mandarin

    Blog Archive

    Entrez votre adresse de courriel :

    Lettre d'information barrienne

    Archives

    Gadget

    Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.