lundi 28 novembre 2005

Si on le compare à Frank Capra, qui a oeuvré dans la même veine, Leo McCarey demeure un peu mésestimé et c'est un grand tort. Ce cinéaste, qui a toujours oscillé entre le comique et l'émotion, sans jamais sombrer ni dans le vulgaire ni dans le pathétique, brille très haut dans mon firmament. S'il n'est pas faux que l'on ne "fait" pas d'art avec de bons sentiments, on oublie parfois que l'on "fait" de l'art avec de beaux sentiments... J'ai revu, ce week-end, au ciné-club de Claude-Jean Philippe, L'Extravagant M. Ruggles (Ruggles of Red Gap), découvert il y a quelques années sur le câble. Charles Laughton y trouve l'un de ses meilleurs rôles de pince-sans-rire. McCarey a débuté chez Hal Roach, dont je parlais il y a quelques jours ...Il fournit des gags pour la série Our Gang et devint très rapidement, le metteur en scène attitré de Charley Chase [Cf. le superbe DVD des Editions Lobster qui estompe un peu la méconnaissance que nous avons de cet acteur génial] qu'il dirigea de 1924 à 1926, dans 44 comédies ! Ensuite, il se consacra à ... Laurel et Hardy, dont le duo serait né, d'après McCarey, grâce à son intervention. Parmi les films que j'affectionne, je citerais volontiers Good Sam (avec Gary Cooper dans le rôle d'un bon samaritain incorrigible et dont l'histoire comporterait des traits autobiographiques), The Awful Truth, An Affair to Remember, Duck Soup (le meilleur des films des Marx Brothers et le plus éprouvant des films qu'il eut à tourner, à cause de la personnalité bouillonnante des Marx, qui voulaient tout diriger et s'accompagnaient en permanence d'une demi-douzaine de gagmen !) et le dyptique Going my way / The bells of St. Mary's, qui est le parangon du film de Noël par excellence. Je désire depuis fort longtemps voir son film préféré et maudit, Make Way for Tomorrow, qui relate une poignante histoire d'amour entre deux personnes âgées, contraints d'être séparé à cause de l'ingratitude de leurs enfants. Evidemment, le public n'aime pas qu'on lui dise des vérités trop pénibles à entendre... Pourtant, la vieillesse, cette seconde enfance de l'homme, est bien une terre d'abandon. Il suffit de se rendre dans quelques maisons de retraite pour s'en rendre compte... McCarey eut beaucoup de peine que son film n'ait pas trouvé son public et il dit ceci : "J'étais tellement furieux que j'avais l'air d'un de ces types qui se battent avec des larmes dans les yeux."

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Rechercher sur mon JIACO

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague Prague

Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

Liens personnels

"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives