vendredi 25 mai 2007

Nous sommes, aujourd'hui encore, dans le registre de "l'inquiétante étrangeté", Das Unheimliche

("eerie", "uncanny"

en anglais ; l'adjectif substantivé allemand est formé sur la racine "Heim", la maison, le chez soi, précédé du privatif "un" ; les traductions française et anglaise se valent dans leur incapacité à rendre la complexité du terme allemand). C'est une notion qui ne vous est pas étrangère si vous me lisez un peu, car elle m'a toujours fascinée et je l'évoque souvent, explicitement ou implicitement. "(... ) l'inquiétante étrangeté est cette variété particulière de l'effrayant qui remonte au depuis longtemps connu, depuis longtemps familier." (Freud, 1919) L'inquiétante étrangeté consiste à reconnaître le familier dans le non familier ou l'inverse. Imaginez simplement un sentiment conçu en abyme d'un autre sentiment, qui lui est contraire, ou bien une petite image collée dans une plus grande qui s'oppose à la première tout en reprenant certains de ses détails et de ses traits. Ou encore n'avez-vous jamais eu l'impression - qui n'est qu'une illusion, bien entendu - d'avoir déjà vécu une chose alors qu'elle se déroule devant vous, comme si présent et passé se télescopaient ? Ce sentiment de répétition, je le crois, pourrait être relié à l'Unheimliche. Freud explique le "déjà-vu" dans Psychopathologie de la vie quotidienne : "En ce qui concerne les quelques rares et rapides sensations de « déjà vu » que j'ai éprouvées moi-même, j'ai toujours réussi à leur assigner pour origine les constellations affectives du moment. "Il s'agissait chaque fois du réveil de conceptions et de projets imaginaires (inconnus et inconscients) qui correspondait, chez moi, au désir d'obtenir une amélioration de ma situation." " Le déjà-vu n'est possible qu'à la faveur d'un rapport d'analogie entre une situation oubliée, réellement vécue dans le passé, et une conjonction d'événements présents qui reproduisent quelque chose de ce passé. Il me semble que ce rapport d'analogie existe en partie au sein de l'Unheimliche...
Par un étrange retournement linguistique, Freud nous explique que heimlich "coïncide avec son contraire unheimlich (...) Cela nous rappelle plus généralement que ce terme de heimlich n'est pas univoque, mais qu'il appartient à deux ensemble de représentation qui, sans être opposés, n'en sont pas moins fortement étrangers, celui du familier et du confortable, et celui du caché, du dissimulé."

C'est l'une des notions freudiennes qui m'a toujours fortement intéressée. Tous ceux qui lisent E.T.A. Hoffmann, ses contes, comprennent d'intuition ce que signifie Freud. Unheimlich désigne ce qui aurait dû demeurer caché ou secret (latent) mais qui se manifeste. Un retour du refoulé, pour simplifier. Il ne peut qu'en résulter un infini trouble dans l'esprit de celui qui se trouve face à cette bizarre apparition du déjà-vu-caché-oublié-remémoré. L'enfance est très propice à ce genre particulier d'oublis.
Je vous propose, dans cette veine, ce court-métrage étonnant, découvert aussi grâce à mon ami Jim, Meshes of the Afternoon.

Il fut réalisé par Maya Deren, en 1943, avec son mari Alexander Hammid (Alexander Hackenschmied). On pense, bien sûr, à Cocteau et au Chien andalou de Bunuel.

Ce petit film est le premier d'une "trilogie autobiographique" : At Land (1944) et Ritual in Transfigured Time (1946) suivront.

Je me garderai bien de vous donner mon interprétation, vous laissant le moyen de vous contempler dans cette œuvre qui fit, à sa manière, date dans l'histoire du cinéma.



************
Catégories :


  • Les roses du Pays d'Hiver

    Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

    Rechercher sur mon JIACO

    Qui suis-je ?

    Ma photo
    Holly Golightly
    Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
    Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
    Afficher mon profil complet

    Almanach barrien

    Rendez-vous sur cette page.

    En librairie

    En librairie
    Où Peter Pan rencontre son double féminin...

    Réédition !! (nov. 2013)

    Réédition !! (nov. 2013)
    Inédit en français

    Actes Sud : 10 octobre 2012

    Une histoire inédite de J. M. Barrie

    En librairie le 2 juin 2010

    Actes Sud, juin 2010.

    En librairie...

    Terre de Brume, septembre 2010.

    Tumblr

    Tumblr
    Vide-Grenier

    Cioran tous les jours

    Cioran tous les jours
    À haute voix, sur Tumblr

    Une de mes nouvelles dans ce recueil

    Oeuvre de Céline Lavail

    Voyages

    Related Posts with Thumbnails



    Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

    Copenhague Prague

    Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

    Liens personnels

    "Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

    J'apprends le mandarin

    Blog Archive

    Entrez votre adresse de courriel :

    Lettre d'information barrienne

    Archives